Immobilier neuf : les règles d’or pour un super achat

Souvent, l’acquisition d’un bien est considérée comme étant le projet de toute une vie. Seul ou en couple, c’est un projet à prendre très au sérieux et encore plus dans le neuf, où les achats se font le plus souvent sur plan. Pour ne pas être déçu il est important de respecter ces quelques règles.

Avoir un bon discernement concernant les capacités de financement.


Avant toute chose, il faut examiner et calculer son budget avant même d’entreprendre les recherches. Il conviendra donc d’effectuer différentes simulations de crédits immobiliers auprès de banques ou de sociétés de courtage afin d’étoffer au mieux le potentiel d'emprunt, en tenant compte, bien évidemment, des charges et ressources du ménage. Les rétributions ne doivent pas excéder le tiers des revenus mensuels, ce que l’on appelle le « taux de surendettement ».

Il est intéressant aussi d’être au courant qu’en tant que primo-accédant, il est possible de profiter de nombreuses aides étatiques, on imagine le PTZ ou le 1% logement en cas de salariat dans une entreprise du secteur privé. Dans le cas d’une acquisition de logement neuf, il faut partir du principe qu’aucuns travaux ne seront à prévoir dans l’immédiat, le budget empruntable enveloppera toute la valeur du bien, les frais de notaire équivalent à 2/3% du prix d’achat.

Délimiter les critères


Lors d’un achat à but personnel, il est impératif de prendre le temps de réunir tous les critères souhaités afin de s’abstenir de potentiels regrets par la suite. Il faut donc étudier un bon nombre de questions telles que :
Il est inévitable que certains critères paraissent inévitables tandis que d’autres paraîtront plus futiles mais ce tri permettra de déterminer les zones de recherche et pourquoi pas, d’avoir un libre-arbitre entre ces divers critères. Par la suite, une fois que le bien rassemble les critères souhaités, il ne faut pas mettre de côté les critères de localisation, l’ouverture des transports, l’accès aux commodités et leur proximité etc. Ces critères permettront d’offrir une meilleure plus-value à votre bien si le souhait de le mettre en location est un jour évoqué.

Le choix d’un bien qualitatif


La recherche d’un bien immobilier neuf peut-être exécuté par un promoteur, une agence ou au travers de sites immobiliers spécialisés dans le neuf. Dans la continuité, le prospect est mené sur le chantier –ou à proximité- où se trouvent des bureaux de vente. Ceci permet au prospect de visualiser autrement que sur plans afin de se donner une meilleure idée de la taille du programme, de l’environnement, le voisinage etc. il est impératif de consulter et d’étudier tous les plans et pas uniquement ceux du bien en question. Cette consultation est généralement faite en compagnie d’un expert en la matière, elle permettra de situer au mieux les conditions et de s’interroger sur la meilleure manière d’adaptation ou de personnalisation. Enfin, il est intéressant de se rancarder sur le promoteur, sa réputation et son précédent bouquet de programme. De nombreux clients tentés par l’investissement dans le neuf se sont vus arrêter les travaux à cause de promoteurs malveillants, précaires et abonnés aux vices cachés.

Le contrat de livraison


Une fois le choix porté sur un bien, vient le moment de la signature avec le promoteur. Il s’agit d’un contrat de réservation d’un logement en l’état futur d’achèvement. Le contrat comporte toutes les conditions dans lesquelles l’acquisition se fera. Tout le bien y est décrit en détail et le contrat détermine le prix de vente et la date définitive de la signature ainsi que de la livraison finale du bien. Concernant les dépôts de garantie généralement réclamés, il est préférable d’obtenir au sein du document une clause suspensive au cas où votre établissement bancaire ne vous accorde aucun emprunt. Le contrat peut être soit envoyé en recommandé avec accusé de réception ou donné en main propre lorsqu’il est conclu chez le notaire. Le client a devant lui 10 jours en cas de rétractation.

Quelques conseils en matière de financement et contrat de vente


Post-signature du contrat, le client a quelques mois devant lui pour étayer le financement de son projet avec de signer, in fine, l’acte authentique. Au sujet du financement, compte-tenu de la conjecture économique actuelle il est préférable de négocier et d’imposer la concurrence auprès des diverses banques.

Une fois le financement accordé, la machine est lancée. Le contrat de vente est alors adressé au minimum un mois précédant la date prévue pour la signature du contrat de vente. Il est indispensable d’accorder importance et sérieux aux termes du contrat car une fois celui-ci signé, le prospect devient donc propriétaire et se doit de respecter les mensualités et échéances de paiement. La dernière étape est la remise des clés, elle n’est pas négligeable. Elle correspond à une sorte d’état des lieux, le client s’assurera alors de la bonne conformité du bien, du respect des engagements du promoteur et surtout de vérifier qu’il n’y ai aucun vices de construction. En effet, dans votre contrat de financement, de nombres assurances peuvent prendre en charge pendant les quelques premières années les vices cachés.